Anthrax

A retenir : Les cas les plus rares des modes de transmission restent la consommation de la viande contaminée qui n’a pas été assez cuite.

L’anthrax est une maladie non contagieuse et très rare dont on n’a pas beaucoup parlé jusqu’à présent. L’anthrax est difficilement contracté, donc une exposition à la maladie n’entraîne pas nécessairement une infection. La maladie est provoquée par la bactérie « bacillus anthracis », qui est présente dans notre entourage.

Modes de transmission

La bactérie se présente en forme de spores dans le sol. La maladie est contractée si les spores trouvent un endroit adéquat dans l’organisme humain pour se reproduire. Les herbivores sont les plus touchés.

Les spores peuvent entrer dans l’organisme humain à travers une plaie. Une fois traitée, le taux de guérison s’élève à 95 %. Si elle n’est pas traitée, le taux de mortalité est de 20 %.

Les cas les plus rares des modes de transmission restent la consommation de la viande contaminée qui n’a pas été assez cuite. Car la chaleur détruit la « bacillus anthracis ». Dans ce cas précis, même si la maladie est traitée à temps, le taux de mortalité varie de 25 % à 75 %.

La maladie se transmet aussi par injection ou par inhalation. Il est estimé qu’il faut inhaler 10,000 spores pour être infecté.

Les vétérinaires et ceux qui travaillent dans les ranchs sont plus aptes à contracter l’anthrax.

Symptômes

Une infection cutanée peut survenir suite à une infection. La plaie par laquelle la bactérie est entrée s’irrite, enfle et rougit. Ensuite, la plaie se cloque et a un aspect noirâtre. Les malades peuvent avoir une température en dessous de la moyenne.

Une infection respiratoire peut être signe d’un anthrax. La personne présente des symptômes tels que la toux, de la fièvre ou un mal de gorge. Par la suite, le malade peut développer une septicémie qui est une infection du sang.

Des nausées, vomissements, ou des douleurs abdominales peuvent aussi être des symptômes de l’anthrax.

Traitements

Des antibiotiques préventifs peuvent être pris pendant 60 jours lorsque la personne est à risque. Le même traitement est conseillé pour une personne déjà infectée, mais le taux d’efficacité est réduit.

Une étude menée en 1994 a prouvé que les antioxydants sont bénéfiques pour l’anthrax.

Une combinaison des huiles essentielles comme la Melaleuca alternifolia, le Pinus sylvestris, le Thymus vulgaris C.T. thujanol, le Picea mariana, le Ravensara aromatica et le Thymus satureioides est tout aussi efficace contre l’anthrax. Il est recommandé de prendre 2 gouttes de ces huiles diluées dans un peu d’huile d’olive ou de tournesol.

Il existe un vaccin contre l’anthrax, réservé uniquement aux personnes à risque comme les militaires, mais plusieurs effets secondaires y sont associés.

Prévention

Il est impossible d’assurer une protection optimale contre la maladie. Il faut juste contacter son médecin dès que les symptômes apparaissent suite à un risque encouru.

Blastocystis Hominis
Lombalgie chronique