Comment l’isolement social et le stress affectent-ils le cerveau ?

Tout le monde sait qu’en se dépêchant, on oublie des choses importantes, on égare des choses ou on est tout simplement beaucoup plus négligent que d’habitude. Une vie quotidienne exigeante et très stressante rend souvent ce genre de situation possible. Mais que faire si le stress devient chronique ? Même dans ce cas, on peut s’attendre à de graves conséquences pour le cerveau – avec des conséquences à long terme. Cet article montre ce que le stress et la solitude font au cerveau humain et pourquoi les capacités cognitives peuvent en souffrir.

Les compétences cognitives

Le terme collectif « capacités cognitives » désigne tout un bouquet de compétences qui composent l’être humain. La capacité de parler est considérée comme la « reine » des capacités cognitives. Mais la mémoire, la résolution de problèmes, l’attention, la perception et la volonté mentale appartiennent également au domaine des capacités cognitives. Dans ce contexte, la règle suivante s’applique à la performance de la mémoire : plus on ressent d’émotion à propos d’un événement, plus il est rapidement transféré dans la mémoire à long terme.

Ce qui nuit à la mémoire

Toutes les circonstances de la vie quotidienne moderne ne sont pas forcément bonnes pour le cerveau. Le stress omniprésent, la surcharge dans plusieurs domaines de la vie et l’isolement social simultané sont notamment des problèmes courants de la vie (professionnelle) moderne. Une personne qui mène une vie sans temps libre ne trouvera pas la liberté de planifier des phases de détente de qualité avec ses amis, et au fil du temps, cela conduit inévitablement à la solitude.

La solitude joue un rôle majeur dans l’influence négative de la perception humaine. Si elle dure longtemps, elle provoque une mauvaise humeur durable chez de nombreuses personnes. Cependant, les effets néfastes de la solitude entraînent également des changements mesurables dans le cerveau humain : l’isolement social qui dure pendant de longues périodes nuit en outre à la plasticité neuronale, en particulier dans le gyrus denté (ou gyrus dentelé) de l’hippocampe. Cette zone du cerveau est responsable du transfert d’informations dans la mémoire à long terme en traitant les émotions, mais aussi en rejetant ce qui a été appris – et est également responsable de la pensée spatiale.

Stress et isolement : des facteurs aux effets à long terme

Le stress peut affecter la santé mentale et cela peut par ailleurs augmenter le risque de mortalité. En effet, combiné à un isolement excessif, l’individu entrera dans un état de vigilance permanente, ce qui créera des troubles du sommeil. L’association de ces facteurs est particulièrement néfaste pour le cerveau subit une pression trop importante, ce qui conduit en outre la personne dans un cycle de dépression ou de démence. Le manque ou l’absence d’interactions sociales peut aussi être une source de stress affectant les capacités cognitives voire directement la santé d’un individu avec l’émergence de maladies comme la maladie d’Alzheimer.

Performances de la mémoire et interaction sociale

Le fait que les performances de la mémoire, en particulier, souffrent massivement du manque d’interaction sociale semble surprenant à première vue. Après tout, on suppose depuis longtemps que la mémoire peut être mise en forme grâce à un entraînement discipliné.

Des recherches récentes menées pour le développement humain donnent une image dramatique des effets de l’isolement social sur la mémoire et donc peut-être aussi sur d’autres capacités cognitives. Cette relation a été étudiée sur neuf chercheurs antarctiques qui ont vécu sur la station allemande Neumayer III pour une mission de 14 mois. Ici, des mesures d’IRM à haut champ ont montré que leurs gyrus dentés avaient diminué en volume jusqu’à 10 %. En outre, les neuf participants à l’étude ont montré que leur taux de neurotrophine BDNF avait également diminué de 45 % en moyenne. Le BDNF est une substance endogène qui, comme un facteur de croissance des nerfs, est responsable de la plasticité des neurones et des synapses. Enfin et surtout, le BDNF joue un rôle important dans le nouveau développement des neurones à l’âge adulte.

Maintenir les capacités cognitives même en cas de stress quotidien

Dans l’étude décrite, les changements dans le cerveau ont pu être observés après seulement trois mois d’isolement. La pensée spatiale, mais aussi l’attention sélective, étaient déjà apparentes après la période relativement courte de trois mois seulement – et le sont restées jusqu’à un mois et demi après la fin de l’expédition. Même si seulement neuf participants ont été examinés dans l’étude susmentionnée, celle-ci fournit néanmoins des indications intéressantes sur les possibilités de prévenir le déclin cognitif. Après tout, des contacts sociaux réguliers sont très bons pour le cerveau. De plus, et surtout dans les phases difficiles et épuisantes de la vie, ils peuvent d’ailleurs contribuer à maintenir la santé, mais aussi les capacités cognitives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *