Comment se soigner naturellement grâce aux huiles?

Une odeur peut nous ramener dans le passé et réveiller des souvenirs qui déclenchent des sentiments de bonheur. Influencé par les odeurs, le sens de l’odorat favorise le bien-être et la santé. Les huiles essentielles sont les substances messagères. La plupart des gens apprécient le parfum apaisant de la lavande ou un massage à l’huile de mélisse. Beaucoup confirment l’effet soulageant des maux de tête de l’huile de menthe poivrée sur les tempes. Les médecins recommandent des bains avec quelques gouttes d’huile d’arbre à thé ajoutée pour les maladies fongiques de la peau. La manière dont les huiles essentielles peuvent guérir et les points à prendre en compte lors de l’utilisation de l’aromathérapie sont expliqués ci-dessous.

Guérison par les huiles essentielles

Guérir par les huiles essentielles, tel est l’objectif de l’aromathérapie, à laquelle de plus en plus de médecins et de scientifiques attribuent un rôle important dans la thérapie holistique. L’aromathérapie n’est pas une nouvelle branche de la médecine alternative et représente bien plus que le simple fait d’allumer une lampe à parfum.

Les huiles essentielles sont utilisées sous forme de bains complets et partiels, de compresses et d’enveloppements, pour l’inhalation, comme huile de massage pour les infusions de sauna, dans les lampes à parfum ou comme médicament. La pureté et la qualité de l’huile jouent un rôle majeur.

La longue histoire de l’aromathérapie

Depuis des milliers d’années, les gens utilisent les essences parfumées des plantes. Le traitement aromatique remonte aux anciens Egyptiens et Grecs, mais les Aztèques, les Incas et au Tibet, les parfums étaient, également, connus pour guérir les malades. L’aromathérapie a atteint son apogée au Moyen Âge. Les monastères ont surtout aménagé des jardins d’herbes médicinales.

Au XVIIe siècle, diverses substances aromatiques ont été utilisées pour améliorer la résistance aux infections. Même les hôpitaux de cette époque utilisaient des parfums comme le romarin. La phytothérapie (grec : phyton = plante) a encore beaucoup de connaissances à apporter à la médecine dans ce contexte, dont bénéficie, également, l’industrie pharmaceutique moderne.

Les racines anciennes se trouvent, également, dans divers documents de « l’Extrême-Orient », où les plantes étaient déjà utilisées, il y a 5 000 ans. Dans les temps modernes, l’avancée triomphale des huiles essentielles a commencé après 1900, avec les travaux du chimiste français René-Maurice Gattefossé, qui a donné à cette branche de la phytothérapie le nom « d’aromathérapie ». Le Dr Jean Valnet a découvert les propriétés curatives des huiles végétales lorsqu’il a soigné les blessés, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Domaines d’application de l’aromathérapie

En plus des indications médicales, les substances aromatiques sont, également, utilisées dans le domaine du bien-être et des cosmétiques pour une application interne et externe. Dans de nombreux domaines, l’effet est vérifiable, et même dans les cliniques, l’aromathérapie est utilisée, depuis des décennies dans le cadre de la thérapie physique.

Comment les huiles essentielles fonctionnent-elles ?

Les huiles essentielles sont des parfums qui sont stockés en quantités variables sous forme de minuscules gouttelettes d’huile dans les parties de la plante (fleurs, coquilles, fruits, racines, feuilles). Comme leur nom l’indique, les huiles sont très volatiles. Selon votre choix, les huiles essentielles naturelles stimulent, ont un effet harmonisant ou calmant.

L’effet des huiles dure plus longtemps que la « perception consciente » par l’odorat. Ce dernier se fatigue au bout d’environ 15 minutes, environ. Les huiles essentielles ont un effet direct sur le cerveau et influencent une multitude de mécanismes psychologiques, émotionnels et physiques par lesquels nous sommes contrôlés, sans en avoir conscience.

Les huiles essentielles servent en fait à l’autoprotection

L’effet curatif des huiles est lié aux stratégies des plantes contre les parasites. Les feuilles et les fleurs des plantes contiennent des huiles essentielles pour se protéger contre les bactéries ou les champignons et pour attirer les insectes utiles.

Entre autres, le « Pacific Institute of Aromatherapy » de San Francisco mène, depuis des années, des recherches fructueuses sur les effets de ces huiles. Ce sont les monoterpènes contenus dans la plupart des huiles qui pénètrent facilement les membranes cellulaires et peuvent être détectés, dans le sang après quelques minutes seulement.

Huiles essentielles : absorption par le nez et la peau

Les huiles essentielles sont absorbées par la peau pendant l’aromathérapie, par exemple dans un bain complet, et sont, également, inhalées par les voies respiratoires. Ce que les humains perçoivent comme une odeur agréable peut être expliqué médicalement. Si les particules d’essence sont absorbées par le nez, l’information sur l’arôme est absorbée par les minuscules cils de chaque cellule olfactive et transmise au cerveau central. Là, les messages électrochimiques sont transmis au centre olfactif.

Des substances neurochimiques sont libérées qui ont un effet soit amortissant, soit relaxant, soit stimulant, soit euphorisant. D’autres messages atteignent d’autres parties du corps où les effets physiques des parfums peuvent être ressentis.

Si les huiles essentielles sont frottées sur la peau avec une substance porteuse, les minuscules molécules de l’huile essentielle peuvent se retrouver « sous la peau », pour ainsi dire. Ils pénètrent par les pores et les follicules pileux jusque dans les capillaires sanguins. Une fois qu’ils ont atteint la circulation sanguine, ils sont transportés dans tout le corps. Les huiles essentielles sont, également, bien absorbées par les muqueuses.

Études sur l’efficacité thérapeutique

Certaines études cliniques ont montré que les huiles essentielles ont un effet thérapeutique : huile d’eucalyptus, de menthe poivrée ou de lavande, par exemple. Dans l’ensemble, cependant, le nombre d’études réalisées est faible.

Ce manque de données scientifiques exactes est dû, entre autres, au fait que les huiles essentielles ne sont pas facilement comparables, car elles sont sujettes à des fluctuations dans leur composition chimique. Il est, donc, d’autant plus important de faire attention à la qualité, lors de l’achat. 

Vos patients connaissent-ils leur risque cardiovasculaire ?
Diagnostiquer la maladie de Crohn grâce à un échantillon de selles ?