Dyshidrose : comment traiter et prévenir cette maladie de la peau ?

La dyshidrose est une maladie chronique de la peau. Il s’agit notamment d’un type d’eczéma (allergie) très courant qui touche la paume des mains, les doigts et la plante des pieds. Le principal symptôme est la présence de petites vésicules ou petites ampoules d’un à deux millimètres de large et à base rougeâtre entraînant généralement des démangeaisons. Mais dans les cas les plus graves, elle peut se transformer en fissures et fentes. Dans ces situations, la personne devra montrer plus de prudence, car le site affecté est vulnérable aux infections bactériennes.

Qui peut être atteint de la dyshidrose ?

La question est de savoir si la maladie cutanée a une incidence plus élevée chez les femmes ou si elle touche les deux sexes de manière égale fait l’objet de controverses. Mais ce qui est clair, c’est que la tranche d’âge la plus sensible à la maladie se situe entre 20 et 40 ans. Les ampoules durent environ trois semaines, après quoi elles disparaissent généralement. Cependant, comme il s’agit d’une maladie chronique, elle réapparaît après un certain temps. Les crises récurrentes peuvent entraîner un épaississement de la peau et cet état de récidive peut être favorisée par la fatigue, mais également par le stress. L’utilisation des produits chimiques peuvent aussi provoquer son apparition du fait de la nature de la maladie.

Diagnostic de la dyshidrose

Selon les dermatologues, le diagnostic de la dyshidrose est clinique et se réalise à partir d’un historique clinique détaillé, c’est-à-dire de la description du développement de cet eczéma bulleux. Il est par ailleurs possible d’établir les causes et de savoir s’il s’agit réellement d’une dyshidrose ou d’une autre maladie de la peau. Les dermatologues expliquent également que certains tests peuvent être demandés, comme l’examen mycologique direct en cas de suspicion d’infection fongique, le patch-test dans les cas de dermatite de contact et, enfin, la biopsie lorsqu’il n’est pas possible d’identifier l’agent causal.

Il existe par ailleurs deux formes de dyshidrose :

  • La dyshidrose simple qui n’engendre que des vésicules sur la peau et n’entraîne pas de rougeurs.
  • L’eczéma dyshidrosique qui se manifeste par des rougeurs ou desquamation en plus de vésicules.

Comment distinguer la dyshidrose ?

Les experts déclarent également que la dyshidrose peut être confondue avec la dermatite de contact allergique, la dermatite de contact irritante primaire, l’eczéma nummulaire, entre autres maladies dermatologiques, pouvant être distinguées d’un examen de la peau.

Il faut souligner que la dyshidrose est une pathologie incurable, mais elle peut être contrôlée et se soulager de nombreuses façons en agissant directement sur les facteurs influençant son apparition. En effet, si vous connaissez les causes, les symptômes et les traitements de la maladie, vous serez en mesure d’appliquer les actions essentielles sur le corps à un certain degré avant de recourir à des traitements plus spécifiques dans les centres hospitaliers.

Les traitements pour la dyshidrose

Invalidante et gênante, cette maladie cutanée ou cette affection peut se traiter comme l’eczéma et autre maladie cutanée. En général, cette affection est périodique et chronique, mais comme elle est incurable, les traitements utilisés ont donc pour objectif de la soulager pour un moment. Il faut noter que les huiles essentielles sont efficaces pour apaiser cette maladie cutanée. Lorsque l’éruption est tenace, il convient d’appliquer des crèmes recommandées par un dermatologue. Enfin, il faut se servir des produits d’hygiènes doux et éviter les contacts avec des produits irritants. Si vous recherchez un produits bio ou naturel pour réduire l’inconfort engendré par les crises, les crèmes et les huiles essentielles représentent notamment des remèdes efficaces pour soulager la dyshidrose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *