La mauvaise qualité du sperme comme indicateur du cancer de la thyroïde ?

La mauvaise qualité du sperme serait-elle véritablement un indicateur du cancer de la thyroïde ? Une nouvelle étude montre une association entre la mauvaise qualité du sperme et un risque accru de cancer. Chaque année, 700 000 hommes aux États-Unis sont soumis à un test de dépistage de la stérilité.

Étude sur la relation entre l’infertilité et le cancer, lien sperme thyroïde

L’infertilité masculine est considérée comme un biomarqueur de la santé physique générale. Elle a été associée à un risque accru de cancer des testicules, de cancer du côlon, de réduction de la durée de vie, de maladies cardiovasculaires et de syndrome métabolique. Des études épidémiologiques ont montré une association entre l’infertilité et le cancer des testicules, avec un risque accru estimé de 30 à 90 %. De même, les hommes infertiles ont un risque 2,6 fois plus élevé de développer un cancer de la prostate. En revanche, on sait peu de choses sur le risque de cancer des hommes stériles. Les informations utilisées proviennent d’une base de données médicale pour comparer le risque de cancer chez les hommes stériles, les hommes ayant déjà subi une vasectomie et les sujets sains, démontrant ainsi la présence d’un risque accru de cancer du tractus urogénital, en particulier de cancer des testicules, chez les hommes stériles. Néanmoins, l’étude a montré des limites dans l’analyse du niveau de dommages et n’a donc pas pu établir une association sperme thyroïde, un lien entre la qualité spécifique du sperme et le risque de cancer. Néanmoins, il a été révélé que les parents des patients atteints d’un cancer des testicules ont un risque huit à douze fois plus élevé pour ce type de cancer de la thyroïde.

Infertilité et le cancer des testicules : le risque héréditaire

Le cancer des testicules, tout comme l’infertilité masculine, peut être le résultat d’une combinaison de dommages génétiques et épigénétiques et d’influences environnementales défavorables. Contrairement à l’infertilité, le cancer des testicules est connu pour présenter un risque héréditaire bien documenté. Si un homme a un frère atteint d’un cancer des testicules, son risque relatif de développer également la maladie est huit à douze fois plus élevé que celui de la population générale. Le risque relatif est deux à quatre fois plus élevé si le père a des antécédents de cancer des testicules. Les chercheurs avancent l’hypothèse selon laquelle le lien entre l’infertilité et le cancer des testicules pourrait également avoir une composante héréditaire, les facteurs génétiques prédisposant un homme à l’infertilité contribuant également à un risque accru de cancer des testicules. Dans ce contexte, ils ont tenté d’établir une association familiale entre l’infertilité masculine et le risque de cancer en utilisant les données de la base de données de la population de l’Utah (UPD), qui est reliée aux registres du cancer de l’Utah et de l’Idaho et aux bases de données d’analyse du sperme (SA) de l’Université de l’Utah (UU) et de Intermountain Health Care (IHC). Leur objectif principal était de caractériser le phénotype de l’infertilité masculine en se basant sur les taux de risque de cancer des parents au premier et au second degré des patients ayant subi une analyse de sperme. Elle a également cherché à savoir si certains défauts dans la qualité du sperme indiquaient un taux de risque accru de cancer chez les membres de la famille.

 

Risque accru de cancer de la thyroïde chez les parents atteints d’azoospermie

 

Dans l’étude réalisée par les chercheurs, les risques familiaux de cancer des hommes ayant un spermiogramme existant ont été comparés à ceux des individus de la population générale fertile, en utilisant les données de deux grandes bases de données d’analyse de sperme et de l’UPDB. Voici les constations :

  • une augmentation significative du risque de cancer de la thyroïde chez les parents atteints d’azoospermie,
  • un risque accru de cancer des testicules chez les parents d’hommes atteints de normozoospermie,
  • aucun risque accru de cancer de la prostate chez les parents d’hommes ayant fait l’objet d’une analyse du sperme par rapport à des individus fertiles témoins.

 

L’infertilité masculine peut résulter d’un groupe très hétérogène de maladies. Ce qui conduit finalement à l’incapacité d’avoir des enfants naturellement. L’étiologie de plus de la moitié des hommes infertiles qui ont fait l’objet d’un diagnostic complet de stérilité reste inconnue. Les facteurs monogéniques représentent environ 30 % du diagnostic de l’infertilité masculine, et plus de 1 500 gènes joueraient à eux seuls un rôle dans la spermiogenèse. Plus les mécanismes génétiques de la genèse du cancer et de l’infertilité sont élucidés, plus on découvre de voies communes. Les anomalies de recombinaison conduisant à l’aneuploïdie, les instabilités des microsatellites, les polymorphismes génétiques dans les gènes de réparation de l’inadéquation et les mutations de la lignée germinale sont tous associés à la fois à l’infertilité et aux tumeurs malignes. Des preuves issues de rongeurs cobayes démontrent que la délétion des régulateurs méiotiques sur les protéines de réparation des anomalies de l’ADN peut conduire à la stérilité et à la tumorigénèse, et ces mêmes délétions ont été découvertes chez des mâles stériles. En outre, on pense que des facteurs épigénétiques contribuent à la cancérogenèse du tractus urogénital et à la fonction normale des spermatozoïdes.

Cancer de la thyroïde et carcinome papillaire de la thyroïde

L’une des principales conclusions de l’étude concerne l’avancement de l’hypothèse sur les dommages génétiques communs qui feraient partie du processus conduisant à la fois au cancer de la thyroïde et à l’arrêt complet de la spermatogenèse. Par exemple, les mutations des récepteurs thyroïdiens sont associées à un risque accru de carcinome papillaire de la thyroïde, et des sous-unités alpha aberrantes ont indiqué un phénotype infertile. Cependant, il n’a pas pu être déterminé si les cas de cancer de la thyroïde figurant dans la base de données étaient des carcinomes papillaires de la thyroïde. On ne sait pas non plus si les phénotypes infertiles présentant des mutations au niveau du récepteur alpha présentent une azoospermie complète. Des études épidémiologiques présentées précédemment ont montré une légère augmentation de l’incidence du cancer et de la mortalité chez les hommes atteints du syndrome de Klinefelter, y compris les tumeurs du sein et médiastinales. De tels mécanismes biologiques pourraient faire l’objet de recherches futures, compte tenu de la quantité d’informations disponibles dans les bases de données biologiques contenant des échantillons provenant d’hommes qui ont fait préparer un spermogramme à des fins de diagnostic.

L’anxiété peut être la cause de certains problèmes sexuels
La vasectomie : une stérilisation de l’homme