Racisme et santé émotionnelle : comment le traumatisme affecte t-il les victimes ?

Dans presque tous les  pays , la population est composée de plusieurs ethnies et origines , ce qui représente une immense diversité ethnique et culturelle. Depuis la colonisation, des pays accueillent des milliers d’immigrants jusqu’à aujourd’hui.Ce melting-pot culturel a favorisé une vaste richesse de contributions qui se croisent dans la société, dans la vie quotidienne.

Mais ce semblant de collaboration dans la société cache une vérité qui a toujours été et reste d’actualité.Le racisme.

Le racisme  est un problème historique et social, présent non seulement dans le préjugé de la couleur de peau elle-même, mais aussi dans les relations hiérarchiques, de genre et économiques. Ainsi, le racisme a survécu de cette période coloniale jusqu’à nos jours.C’est comme une maladie qui gangrène encore le monde d’aujourd’hui.Il peut entrainer des troubles physiques et émotionnelles chez la personne victime de cette violence.

Le racisme et la santé émotionnelle sont l’une des principales préoccupations des psychologues du monde actuellement. Comment combattre ce fléau et cette discrimination raciale afin d’aider au mieux les personnes impactées volontairement et involontairement.

Racisme et santé émotionnelle : comment le traumatisme affecte t-il les victimes ?

Selon la psychologie et d’autres domaines des études humaines, le métissage est l’un des attributs par lesquels la société reste encore empreinte de préjugés et de racisme. Quelques prémices pour connaître la relation entre le racisme et la santé mentale.

Pour comprendre le lien entre le racisme et la santé mentale, il faut savoir que cette relation a été marquée par des générations, par les souffrances causées aux esclaves jusqu’à leurs descendants aujourd’hui.

L’inégalité sociale a une couleur. De nombreuses victimes aujourd’hui, de préjugés raciaux, souffrent chaque jour, dans toutes les situations, dans la rue, à l’école, au travail, dans les relations sociales.

Par conséquent, en raison des conséquences laissées dans le domaine psycho-émotionnel des victimes, la psychologie a consacré une grande partie de son attention à se concentrer sur les traitements de réduction des dommages.

Psychologie, racisme et santé mentale

L’analyse des conséquences et des traumatismes causés par les préjugés a permis aux psychologues de développer des procédures pour traiter les cas de racisme et de santé mentale. Surtout dans les questions concernant leur estime de soi.

Le grand nombre de victimes qui cherchent un traitement et des centres d’accueil reflète la réalité de la violence envers les personnes. Parmi les conséquences qui se produisent généralement dans ces traumatismes, on peut citer :

– Dans le cas spécifique des femmes noires, outre le racisme, elles souffrent encore de machisme. Cette inégalité raciale entre les femmes noires se produit en raison de la structure sociale dans laquelle une hyper sexualisation de leur condition s’exerce sur la figure de la femme.

– L’histoire sociale des Noirs et des populations noires réaffirme que les préjugés raciaux sont toujours naturalisés depuis l’époque de la colonisation. Dans les études psychologiques sur les cas de racisme et de santé mentale, l’intolérance et les préjugés envers les Noirs sont considérés comme une condition structurelle. Dans la société, chaque individu noir est caractérisé dans les médias et communément décrit comme étant moins intelligent, moins esthétique et minimisé dans les questions morales.

– Le racisme commence dès l’enfance, dans le milieu scolaire en particulier, où les actes discriminatoires sont très fréquents. Au fil des ans, les jeunes Noirs subissent le même type de reproduction de l’intimidation dans d’autres environnements, dans des groupes sociaux, au travail, etc. Le « modèle » hégémonique imposé par la société influence négativement ces adolescents, qui peuvent devenir des adultes avec une stigmatisation intériorisée.

Tous ces facteurs ont un impact profond sur la vie et la santé mentale de ces victimes, développant des processus d’auto-rejet.

Soins des troubles dû au racisme

Les psychologues ont développé des stratégies de soins adaptés aux victimes :

– Une prise en charge non discriminatoire : accueil de la victime

– Thérapie par la mise en confiance : augmentant leur estime de soi, en réduisant au maximum leur malaise.

– La médication si besoin : cas d’anxiété et de peur, de stress etc

Logiquement, l’administration thérapeutique de l’anxiété, des états dépressifs et du stress sera administrée en parallèle avec des thérapies qui contribuent à déstigmatiser la relation entre le racisme intériorisé et la recherche de leurs droits.

En ce sens, la psychothérapie agit également dans la prévention et la réduction des dommages causés par la discrimination et le harcèlement. Dans les soins, la plupart des situations découlant du racisme, démontrent clairement que l’éducation aux droits doit être exercée pour agir avec assurance. Les modalités et les techniques d’intervention permettent de mieux comprendre la question du racisme et de la santé mentale du patient.

Immunothérapie 2.0 : évolution rapide et nouvelles tendances de la médecine du cancer
Une rémission à long terme contre les maladies rhumatismales grâce à l’adhérence et la persistance