La dysmorphophobie musculaire.

Nous avons généralement tendance à associer les troubles alimentaires aux filles. Les principaux troubles alimentaires (anorexie et boulimie), en fait, se produisent généralement chez les sujets féminins. À la base de ces troubles, il y a une expérience modifiée par rapport à l’image de marque de l’entreprise. Cependant, même les hommes peuvent avoir des préoccupations exagérées concernant leur propre corps, bien que l’idéal à atteindre sera différent du mythe de la minceur chez les filles anorexiques.

Dans les années 1990, des chercheurs ont commencé à étudier un nouveau phénomène qu’ils ont d’abord appelé les coulées d’anorexie, maintenant mieux connu sous le nom de dysmorphophobie musculaire ou vigueur. Il s’agit d’un trouble à prédominance masculine dans lequel un idéal corporel est poursuivi de manière obsessionnelle qui (contrairement à l’anorexie) ne concerne pas la minceur mais une musculature accrue et le contrôle de sa condition physique. Ce n’est pas un hasard, en fait, nous faisons également référence à cette condition avec le nom du complexe d’Adonis, en référence au dieu grec symbole de la beauté éphémère.

Qu’est-ce que la vigueur de la dysmorphophobie musculaire?

Ce trouble se caractérise par la préoccupation constante que le corps n’est pas en forme et musclé, ce qui conduit la personne à consacrer de nombreuses heures à l’haltérophilie, à l’exercice, à une attention excessive au régime alimentaire ou à se regarder dans le miroir. Certains hommes peuvent devenir si préoccupés par leur développement musculaire qu’ils risquent de perdre leur emploi ou d’abandonner leurs relations sociales.

Il est également courant de dépenser trop en compléments alimentaires et (éventuellement) en stéroïdes anabolisants. Le souci de l’image corporelle peut également créer des difficultés relationnelles, de peur d’apparaître sous-estimé.

Le manque de conscience de son propre trouble est fréquent. Les personnes qui en souffrent ont tendance à considérer leurs comportements comme faisant partie d’un mode de vie sain, et il est donc peu probable qu’elles demandent une aide psychologique. Cette difficulté à demander de l’aide semble être encore plus grande que pour l’anorexie, puisque dans ce dernier cas, le trouble sera associé à des problèmes évidents liés à la santé physique, liés à la réduction drastique du poids.

Ceux qui souffrent de vigueur, cependant, auront tendance à se considérer en parfaite santé d’un point de vue physique. Nous savons cependant qu’une alimentation déséquilibrée, l’utilisation de substances de renforcement musculaire et un apport excessif en protéines entraînent de nombreux problèmes physiques. Cependant, une simple connaissance des dangers pour sa propre santé a peu de chances d’avoir un effet, en raison du phénomène bien connu de dissonance cognitive.

La vigueur, d’un point de vue psychologique, est similaire à l’anorexie, puisqu’il s’agit d’un problème inhérent à la relation avec sa propre image corporelle. En outre, il a été observé que de nombreux patients vigoureux ont eu des troubles alimentaires dans le passé, et parfois ces troubles sont concomitants.

Un débat scientifique est toujours en cours concernant la classification de ce trouble. Selon certains chercheurs, il devrait être considéré comme un sous-type du trouble dysmorphique corporel, qui se caractérise par une préoccupation excessive à l’égard d’un défaut physique, qui peut être réel ou imaginaire. Selon d’autres, cependant, il s’agit d’un type particulier de trouble obsessionnel compulsif.

Les causes de la vigueur.

Les facteurs qui favorisent l’apparition de ce trouble sont de divers types. Tout d’abord, il faut souligner le rôle des variables socio-environnementales, car les médias ne cessent de proposer des normes de beauté masculine fortement orientées vers la présence d’un physique musclé et tonique. Les icônes sportives peuvent également représenter dans l’univers masculin un modèle à atteindre à tout prix.

Un autre facteur de risque est la présence d’états émotionnels négatifs, qui sont à leur tour influencés par d’autres variables psychologiques, telles que la faible estime de soi, l’insatisfaction par rapport à son corps et la distorsion de l’image corporelle. Enfin, chez les individus qui ont de la vigueur, il y a un niveau élevé de perfectionnisme, qui nourrit l’idéal du corps parfait et diminue le degré de satisfaction personnelle avec leur corps.

Plusieurs études ont montré que, contrairement aux individus qui pratiquent des activités normales d’haltérophilie, ceux qui souffrent de vigueur présentent des symptômes psychopathologiques tels que l’anxiété et la dépression. Ces symptômes seraient causés et alimentés par une préoccupation excessive de l’apparence physique d’une personne.

Prévention : le rôle des entraîneurs personnels.

Les entraîneurs personnels peuvent apporter une aide initiale précieuse à ceux qui souffrent de vigueur, en amenant la personne à prendre conscience de son trouble d’une manière moins violente, et probablement mieux tolérée. Il est donc important que les entraîneurs personnels soient informés de ce trouble.

Il y a quelques questions qui pourraient aider l’entraîneur à reconnaître les personnes souffrant de ce trouble:

  • À quelle fréquence vos relations avec les autres sont-elles affectées par votre régime alimentaire et votre activité physique ?
  • Vous absentez-vous souvent de l’école ou du travail en raison de préoccupations liées à votre apparence physique ?
  • Avez-vous parfois pris des médicaments spécifiques pour augmenter votre masse musculaire ?

Un certain nombre de techniques que les entraîneurs personnels peuvent utiliser pour aider au mieux l’athlète ont été proposées:

  • le rassurer sur l’effet bénéfique de parler de ses sentiments;
  • l’amener à prendre conscience que d’autres personnes partagent la même préoccupation concernant son apparence physique;
  • l’encourager à ne pas tirer de conclusions hâtives sur ce que les autres peuvent penser de lui ;
  • dissuadez-le des modes de pensée « tout ou rien »;
  • rejetez l’idée que son image corporelle négative ne peut pas être modifiée;
  • dissuadez l’hypothèse selon laquelle les médias et la télévision peuvent indiquer à quoi les gens doivent ressembler. Chaque personne est un individu à part entière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *