Blastocystis Hominis

Blastocystis hominis correspond à un organisme dont la classification fait toujours l’objet des débats dans le monde de la médecine. Alexieff est le premier à l’avoir invoqué en 1911. Provenant de la famille des protozoaires, blastocystis hominis remplit une fonction en pathogénie humaine.

En épidémiologie

L’infection causée par blastocystis hominis est considérée comme étant cosmopolite et son développement est accentué dans les endroits tropicaux et sub-tropicaux. La plupart des gens infectés ont résidé en zone tropicale, et dans l’immense majorité de cas, en Afrique noire. Dans les milieux homosexuels, la prévalence de la parasitose s’élève à 52%. La parasitose peut être à la fois symptomatique et non symptomatique. Dans tous les cas, elle peut être liée à d’autres pathogènes. En dépit du fait que le mode de transmission soit toujours méconnu, il est fort possible qu’il ait une origine oro-fécale. L’explication la plus plausible est le lien entre la consommation régulière d’eau et d’aliments non traités.

Des rapports ont été effectués sur certaines épidémies de blastocystis hominis. Blastocystis hominis est surtout présent chez les mammifères, oiseaux et reptiles. Toutefois, l’animal ne représente pas forcément des risques d’infection pour l’homme.

En microbiologie

Blastocystis hominis correspond à un protozoaire anaérobie strict, dont la taille peut varier. Il se trouve au niveau du côlon, soit plus précisément au niveau du cæcum. Ce parasite démontre une sensibilité particulière aux températures de moins de 37° C, ou encore, dans des endroits non isotoniques. Blastocystis hominis se manifeste sous trois formes, notamment, granulaire, vacuolaire ou identique à Entamoeba bistolytica. Chez l’être humain, blastocystis hominis se présente le plus souvent sous la forme vacuolaire dans les prélèvements de selles.

Formes cliniques

En l’absence d’autre organisme rapporté, blastocystis hominis est identifié comme pathogène. Les symptômes se manifestant au cours de l’infection sont les suivantes : douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhée, sensation de malaise, anorexie et flatulences. Les travaux menés dans le cadre de blastocystis hominis soulignent une hyperéosinophilie, et il est rare de retrouver des leucocytes dans les selles.

Traitement

Le métronidazole est indiqué dans le traitement de blastocystis hominis.

Anthrax
Lombalgie chronique